Skip to content

La réalité virtuelle au service de la rééducation à Port-La Nouvelle – L’INDEPENDANT – 21/01/21

Depuis le début du mois, l’hôpital Francis-Vals de Port-La Nouvelle est le seul du département de l’Aude à être doté d’un dispositif de réalité virtuelle, destiné à la rééducation des patients.
Une innovation imaginée par une start-up montpelliéraine qui offre déjà des résultats spectaculaires. Plus de 500 centres et cabinets dans le monde ont opté pour ces solutions innovantes.

La Neurologue, Hafida Touzani note les progrès spectaculaires de la patiente Après trois semaines d’usage, il s’avère que l’on gagne 50 % du temps de rééducation
Voilà un nouvel équipement qui va encore accroître la notoriété du centre de rééducation fonctionnelle de l’hôpital Francis-Vals de Port-La Nouvelle. Ce « petit établissement » qui abrite un Ehpad avec une unité Alzheimer et, donc, une unité de soins de suite et de rééducation, vient de faire l’acquisition de matériel de nouvelle technologie.
Précisément d’un dispositif de réalité virtuelle…
« C’est un investissement relativement important pour nous, qui sommes une petite structure de 40 lits en hospitalisation et 10 places en hôpital de jour… Mais nous n’avons pas à le regretter.
Après trois semaines d’usage, il s’avère que l’on gagne 50 % de temps de rééducation », explique la neurologue de l’établissement, le Dr Hafida Touzani.
Spécialisée dans les AVC (accidents vasculaires cérébraux) et le traitement des séquelles, la spécialiste rappelle que « les trois premières semaines de rééducation sont cruciales, déterminantes pour une récupération maximale ».

 

  • Plusieurs types de rééducation et soins : « J’ai découvert le dispositif développé par la société  Virtualis dans un premier temps à Perpignan, puis à Montpellier. Mes confrères ont été formels quant à son efficacité. J’ai été immédiatement convaincue », explique-t-elle. Cet outil ne sert pas  seulement à la rééducation post-AVC. Il est mis à profit pour faire travailler les patients en orthopédie, après des amputations, mais aussi pour stimuler des patients atteints des maladies d’Alzheimer ou de Parkinson ou encore de sclérose en plaques…

Il existe divers logiciels en fonction des pathologies, avec plusieurs niveaux de difficulté. Tous reposent sur de l’immersion en réalité virtuelle. « Quel que soit l’âge du patient, les séances génèrent de la motivation», affirment le Dr Touzani et Laurence Ditner, responsable kinésithérapeute de l’hôpital.

  • Résultats spectaculaires :
    Et pourquoi est-ce que cela marche si bien ? « Cela permet d’aller chercher la capacité neurologique de récupération », affirme Hafida Touzani.
    Et de citer un exemple tout à fait récent. « Un patient hémiplégique a été plongé dans une activité en réalité virtuelle nécessitant l’usage de ses deux mains. Après une séance de 30 minutes, il avait déjà recouvré des sensations dans sa main paralysée », affirme le médecin. L’ensemble des soignants de l’unité a déjà adopté ce nouvel outil qui, de surcroît, présente l’avantage de fournir des statistiques probantes au patient. « Chaque séance est analysée par le logiciel et les progrès sont traduits en graphiques qui confortent encore plus la motivation des patients », se réjouit Hafida Touzani. Il ne fait aucun doute que les demandes vont affluer en direction de Francis-Vals pour tester cette méthode de soins.
    Elles ne pourront pas toutes être satisfaites pour des raisons de capacité d’accueil. Toutefois, le Dr Touzani nous confie que la constitution d’une équipe mobile est en projet…

TÉMOIGNAGE

Sabrina suit ce programme à Port-La Nouvelle.
« C’est ma première rééducation réellement efficace »
Atteinte de myopathie, cette patiente a pu faire des progrès importants.
L’objectif étant de retrouver son autonomie.
Sabrina, une Audoise qui réside en Montagne Noire, est victime de myopathie, cette maladie  génétique orpheline et sournoise contre laquelle il n’existe aucun traitement. Elle provoque une dégénérescence musculaire qui nécessite des soins réguliers. « Depuis cinq ans, je suis des  programmes complets de trois semaines pour récupérer mes réflexes, retrouver ma stature et améliorer ma capacité de marche», explique-t-elle. Et d’ajouter : « le problème, c’est que pour trouver des soins adaptés, je suis contrainte de faire mes propres enquêtes pour savoir où m’adresser ; les maladies orphelines ne sont pas prises en compte, ou très peu. J’ai testé plusieurs structures, mais sans résultats probants. En 2020, en raison de la crise sanitaire, je n’ai suivi aucun programme. Quand je suis arrivée ici, à Francis-Vals, j’avais perdu tous mes muscles abdominaux et je marchais penchée en arrière, avec beaucoup de difficultés », raconte Sabrina.
En tant qu’active, la priorité pour elle est de retrouver de l’autonomie. Plutôt que trois semaines précédemment et en raison de l’aggravation de son état, son hospitalisation a été planifiée pour trois mois. Depuis que la réalité virtuelle est arrivée à Francis-Vals, elle suit des séances régulières et montre fièrement que sa stature est à nouveau quasi-normale. « Et en plus, c’est vachement ludique», se réjouit-elle. Selon elle, c’est un « plus » indéniable au programme classique de kiné, de balnéo ou de yoga thérapeutique.
Elle précise d’ailleurs rendre compte en temps réel de ses progrès à l’AFM-Téléthon.

Virtualis, une société pionnière au succès fulgurant
Franck Assaban, masseur kinésithérapeute diplômé d’Etat, est devenu un expert en rééducation des troubles de l’équilibre (trois diplômes universitaires dans ce domaine), domaine qu’il a pratiqué en cabinet libéral. Il a très rapidement identifié tout le potentiel que pouvait amener l’utilisation de la réalité virtuelle dans la prise en charge de ses patients, grâce à son aspect immersif et réaliste.

  • Un très fort potentiel
    Ce potentiel ne s’arrêtait pas à la prise en charge des troubles de l’équilibre et vestibulaires mais avait un champ d’applications bien plus large et loin encore d’être complètement exploité à ce jour.
    Franck est le premier thérapeute dans le monde, à avoir conçu un logiciel de rééducation avec un masque d’immersion en réalité virtuelle (VR), dès 2014. Il s’est donc lancé et a décidé de créer Virtualis en mai 2015 avec une obsession : oeuvrer pour fournir des solutions à visée thérapeutique et faire progresser la prise en charge des patients. Il est le concepteur des logiciels et des plateformes de bilans & rééducation ; il possède cette double compétence : professionnel de santé et concepteur de contenu en réalité virtuelle. Chaque nouvelle application est adressée aux utilisateurs des solutions développées par Virtualis. Il est régulièrement invité à des congrès scientifiques internationaux pour présenter son travail, montrer le potentiel de la VR à visée thérapeutique ou apporter son expertise en tant que thérapeute. Le succès de la start-up est fulgurant. Actuellement, son innovation thérapeutique développée par des professionnels de santé équipe quelque 500 cabinets et centres dans 26 pays du monde.

Joël Ruiz

Vous avez aimé cette publication ?

Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on linkedin
Partager
Share on pinterest
Partager
Demande de démonstration

Veuillez compléter le formulaire afin que nous puissions vous étudier votre demande de démonstration.

S'inscrire à la Newsletter

Veuillez compléter le formulaire afin que nous puissions vous inscrire à notre Newsletter.

Inscription
Newsletter

Suivez toute notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter :